Caterpillar Congo Equipment étend son offre de commerce électronique en RDC

Le distributeur Caterpillar en République démocratique du Congo (RDC) accélère sa stratégie numérique pour renforcer les relations avec les clients touchés par le COVID-19, a déclaré Noel Mabuma, PDG de Congo Equipment, à The Africa Report.

Le projet de permettre aux clients de commander des pièces pour leurs équipements lourds par le biais d’une plateforme de commerce électronique sécurisée et de suivre la livraison, initialement prévu pour 2023, a été repoussé à 2021, indique Mabuma, basé à Lubumbashi. La plateforme est développée avec Caterpillar, un fabricant américain d’équipements de construction et d’exploitation minière.

Les fournisseurs d’équipements lourds en Afrique subsaharienne, tels que Thyssenkrupp Industrial Solutions, accélèrent le déploiement de canaux numériques pour servir leurs clients.

La pandémie a fait de ces outils le seul moyen fiable de rester en contact avec les clients et pour les clients de surveiller les performances de leurs équipements. Selon Maboom, la plateforme de commerce électronique de Congo Equipment, qui sera la première du genre en RDC, devrait être lancée vers le troisième trimestre de 2021.

L’objectif est de permettre aux clients de rompre avec le processus actuel de réception des commandes par courrier électronique et de fournir des « informations à distance souples et accessibles ». Selon Maboom, cela donnera une meilleure vision des délais de livraison des pièces et permettra une gestion plus efficace des stocks. Le service sera gratuit pour les clients existants.

Selon Maboom, les clients ont manifesté une demande accrue pour l’outil numérique de suivi de flotte existant de la société.

La numérisation des opérations internes de l’entreprise s’est également accélérée.

Les ventes ont chuté en raison de la pandémie, ce qui a des conséquences financières, ajoute M. Mabuma.

La réception des fournitures a été « un peu plus lente » que d’habitude, mais pas assez pour causer un réel problème. Les importations en provenance des ports sud-africains, qui sont ensuite transportées par la route, n’ont jamais été complètement bloquées. L’entreprise a réussi à réduire ses coûts et Mabuma ne voit pas la nécessité de lever de nouveaux fonds : « Nous serons en mesure de traverser cette période difficile. »

Compétences locales

Environ 99% des clients de Congo Equipment travaillent dans l’industrie minière et ses filiales. Le PDG indique que l’entreprise vise une diversification dans l’agriculture et les fournitures de construction.

Il a déclaré que certains clients avaient reporté leurs décisions de dépenses à cause du COVID-19 et que certains experts de la société avaient été bloqués hors du pays. Il a ajouté qu’il y a eu une amélioration progressive depuis que la RDC a rouvert ses frontières le 15 août.

L’un des effets à long terme de la pandémie sur l’entreprise serait un accent accru sur la formation et le recrutement au niveau local. Certains experts techniques se sont soudainement retrouvés en Afrique du Sud ou en Chine.

Tous les prédécesseurs de Mabuma étaient des étrangers. Selon lui, l’objectif est désormais de rendre les chefs d’entreprise responsables de la formation de leurs futurs remplaçants.

Investir dans la formation interne, dit-il, permettra à l’entreprise de disposer d’une main-d’œuvre plus stable et durable.
Cela correspond à la politique gouvernementale antérieure à COVID-19, note-t-il, ajoutant que les objectifs politiques et commerciaux sont désormais plus étroitement liés en raison de la pandémie.

Ligne de fond

Un résultat positif de COVID-19 pourrait être l’augmentation des ressources pour le développement des compétences techniques locales en RDC.

Related Post